dimanche 17 octobre 2010

L'Amour Conjugal, Alberto Moravia et Matthieu Roy


L'Amour Conjugal. Le nom d'un roman de Moravia. Ce même roman que Matthieu Roy a décidé d'adapter au théâtre, d'une manière plutôt singulière, il faut le dire. La salle ? Petite. La scène ? Une table et deux chaises, au milieu de deux rangées de chaises pour le public, de chaque côté de la table, à 1m50 des comédiens. Bizarrerie : on n'écoute pas le texte de la bouche des acteurs directement, mais à travers un casque audio. Et du coup, quelque chose est permis qui n'est pas possible autrement.

Le spectateur est propulsé au cœur de l'intrigue de la pièce. Le système sonore fait que Silvio et Léda, sa femme, ont des voix différentes selon qu'ils se parlent, qu'on soit dans une situation de discours direct, comme au théâtre habituellement, ou que l'on assiste à un discours intérieur d'un des deux personnages. Il y a d'ailleurs une question que je me pose, et je ne suis pas sûre de la réponse, mais je pense que le texte est tout bonnement celui du roman de Moravia, mot pour mot. A vérifier. Ce spectacle est vraiment un spectacle qui laisse une grande place à l'intimité. Intimité du spectateur vis à vis du texte, comme un lecteur entretient un rapport d'intimité très fort avec un livre. Et d'ailleurs, pas que par rapport au texte, mais aussi par rapport aux acteurs ! On les voit fumer et manger des huîtres juste devant nous, quand même... Et puis l'intime, c'est aussi le sujet de la pièce. Plongée dans l'intimité d'un couple, dans leur espace intime, leur chez eux, leur salle à manger.

Vous l'aurez compris, c'est une pièce que j'ai adoré. Je vous conseille vivement d'aller la voir si vous pouvez. Toutes les infos sur la tournée et la compagnie sur le site La Compagnie du Veilleur.



1 commentaire:

  1. je confirme, le texte est bien de Moravia, tiré du roman.

    RépondreSupprimer